Press "Enter" to skip to content

Concert de Fally Ipupa boycotté: «aucun congolais n’a été expulsé», Saïd Penda

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le concert de Fally Ipupa en France, boycotté par certains congolais, a fait la une de plusieurs médias en ligne qui affirmaient que certains congolais avaient été expulsés de France, suite aux actes de vandalismes commis durant le spectacle de la star congolaise. En réalité, aucun ressortissant de la RDC vivant en Hexagone n’a fait l’objet d’une expulsion.

Les images du concert de Fally Ipupa boycotté en France ont fait le tour des réseaux sociaux, suscitant diverses réactions. A en croire des informations diffusées sur la toile, des congolais, au nombre de 51, auraient été expulsés vers leur pays d’origine, pour les actes de vandalisme commis en marge du concert de Fally Ipupa en France.

Selon une information rapportée par le célèbre journaliste africain Said Penda, aucun congolais n’a fait l’objet d’une expulsion en RDC suite au boycott du spectacle de la star de la rumba congolaise. En revanche, le journaliste admet que de nombreux congolais ont fait l’objet de condamnation après avoir tenté de boycotter le concert de Fally Ipupa en Hexagone.

Toujours selon l’homme de média, les congolais épinglés pour acte de vandalisme durant ce spectacle ont écopé de peine de prison allant d’un à six mois de prison ferme :

«Boycott du concert de Fally Ipupa à Paris : aucun Congolais n’a été expulsé.

La rumeur a été partagée des dizaines de milliers de fois la semaine dernière, sur Facebook et WhatsApp, mais après recoupements auprès de la justice française, aucun Congolais n’a été expulsé vers Kinshasa suite aux violentes manifestations de Congolais qui ont tenté d’empêcher le concert. Les personnes interpellées lors de ces manifestations ont été jugées en procédure de flagrance délit.

Certains de ces individus ont écopé de peines avec sursis et ont regagné leur domicile. Les peines sont plus contraignantes pour moins d’une dizaine d’entre eux: 1 mois à 6 mois de prison ferme.

Pour la énième fois, ne partageons pas des informations que nous n’avons pas vérifiées, notamment à travers des médias traditionnels. Si, à la suite de ces manifestations, des Congolais avaient été expulsés, l’information aurait été donnée par BBC, RFI, France24, TV5, Africa News et d’autres médias.

J’attire déjà votre attention sur le fait que l’information faisant état de ce que la Chine aurait déclaré qu’un médicament égyptien soignerait le coronavirus est vraisemblablement fausse.», souligne Saïd Penda dans la soirée de ce mardi.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.