Press "Enter" to skip to content

Orpaillage clandestin : Ouassénan Koné soutient Henri Konan Bédié

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déclarations d’Henri Konan Bédié sur l’orpaillage clandestin il y’a de cela six mois, avait suscité la colère de nombreux dignitaires de l’actuel régime. Dans un communiqué officiel lu par Sidi Tiémoko Touré, le gouvernement avait vivement condamné les propos de l’ancien chef d’Etat sur ce phénomène exploitation des ressources ivoiriennes par des orpailleurs venus des pays voisins.

Ouassénan Koné fait bloc derrière Henri Konan Bédié sur la question de l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire. En juin dernier, le président du PDCI RDA annonçait au cours d’une rencontre avec les responsables de son parti, que des orpailleurs entraient discrètement au pays pour déposséder les ivoiriens de leurs terres. Le patron du Pdci est allé encore plus loin en déclarant que certains étrangers étaient enrôlés par le régime actuel en vue de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, une élection prévue pour octobre 2020.

Le gouvernement n’a pas tardé à réagir aux propos tenus par l’ancien chef d’Etat ivoirien sur la question de l’orpaillage clandestin, mais aussi sur la supposée fraude à la nationalité ivoirienne. L’opposition ivoirienne a dans son ensemble, apporté son soutien à Henri Konan Bédié après cette déclaration choc sur ce phénomène qui n’en demeure pas moins une réalité en Côte d’Ivoire. Officiellement dans l’opposition, le président du CPR, a pour sa part dénoncé les propos tenus par l’ancien président ivoirien, allant même à taxer le patron du Pdci de xénophobe :

«Bédié, met dans les esprits de nos compatriotes que ses adversaires politiques font venir des étrangers qu’ils arment pour les positionner dans des villages ivoiriens sous la couverture de l’orpaillage, et il dit que ces hommes politiques qui sont ses adversaires sont ceux qui font tout pour que les ivoiriens soient des étrangers dans leur propre pays. on voit clairement ce qu’il prépare contre ses adversaires et contre ceux qu’ils présentent comme les boucs émissaires qui sont la cause selon lui de tous nos malheurs.. ce discours est un discours qui incite et prépare clairement des pogroms comme on le voit en Afrique du Sud, contre les étrangers et contre les allogènes assimilés à des étrangers par les autochtones dans certaines villes de l’intérieur du pays, et dans les zones rurales du pays… Comme on peut le voir , l’objectif c’est de formater les consciences, d’inciter à la haine et à la xénophobie, de faire peur en faisant croire qu’il y a un projet de faire tuer les ivoiriens par des étrangers armés, ceci pour susciter des réflexes grégaires de survie d’espèce qui poussera les gens à se dire qu’il est préférable de tuer pour survivre au lieu de croiser les bras pour que des gens armés viennent nous tuer dans la passivité comme des moutons sans défense.», indiquait Doumbia Major.

Pour le général Ouassénan Koné, Henri Konan Bédié ne verse guère dans la xénophobie avec ses déclarations sur l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire.

Le soutien de Ouassénan à Bédié

«Moi, quand j’étais le Commandant supérieur de la gendarmerie, j’étais pratiquement le responsable de la lutte contre l’exploitation clandestine du diamant. Moi, je suis un militaire, je ne suis pas allé de main morte. Ceux qui étaient dans la zone là-bas, on les a chassés et pour de bon. Est-ce que vous en entendez parler actuellement ? Mais, il y a encore du diamant là-bas. Mais depuis, les gens n’y vont plus. Donc, il y a eu des dispositions qui ont été prises et on a chassé les gens de cette zone. Nous ne pouvons pas accepter que des gens viennent d’ailleurs pour venir piller nos richesses. Ce n’est pas de la xénophobie. Vous, si vous allez faire de l’exploitation dans leur pays, vont-ils accepter ? Non. C’est une réalité. Alors quand les gens disent que Bédié fait preuve de xénophobie, je dis non. Il y a l’intérêt de notre pays à défendre. Je pense que cet intérêt-là se présente. Au contraire, nous devons nous serrer les coudes pour le défendre. Alors pour moi, il ne doit pas y avoir d’orpailleurs sur toute l’étendue du territoire national. Celui qui veut faire de l’orpaillage, eh bien, il doit faire une demande régulière. L’Etat lui donne une autorisation d’exploitation et puis, voilà. Mais n’importe qui ne peut pas se lever comme ça pour venir faire ce qu’il veut dans notre pays tout de même. Voilà ma position.», a déclaré le vice-président du Pdci Rda. Comme on peut le constater, le chapitre de l’orpaillage clandestin est loin d’être clos en Côte d’Ivoire.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.