Press "Enter" to skip to content

André Silver Konan dénonce les attaques contre les évêques catholiques

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Côte d’Ivoire, les évêques catholiques ivoiriens se sont récemment exprimés sur la situation politique du pays. Dans un communiqué officiel, les religieux ivoiriens ont appelé le régime actuel à libérer les prisonniers politiques avant la tenue de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, des propos qui ont été dénoncés par certains opposants dont Doumbia Major, le président du CPR.

La sortie musclée de Doumbia Major à l’endroit des évêques catholiques alimente encore les débats en Côte d’Ivoire. A l’approche de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, les religieux ivoiriens avaient soumis plusieurs doléances au pouvoir. Parmi les vœux exprimés par le clergé catholique ivoirien, la libération de plusieurs prisonniers politiques ivoiriens.

Si aucune allusion n’a été faite aux pro-Soro détenus depuis quelques semaines dans plusieurs prisons du pays, le message des évêques catholiques s’étendait également aux partisans et proches de l’ancien chef du parlement ivoirien détenus à la faveur de la journée mouvementée de son retour en Côte d’Ivoire le 23 décembre dernier.

Président du CPR, Doumbia Major est récemment monté au créneau pour dénoncer les propos tenus par le clergé catholique ivoirien, notamment sur la question de la libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire. Le journaliste ivoirien André Silver Konan a déploré ce mardi les propos tenus par le président du congrès panafricain pour le renouveau :

«Bienvenue en Côte d’Ivoire, le seul pays au monde où des évêques sont insultés parce qu’ils appellent à faire baisser la tension politique créée par des actions antidémocratiques dont on aurait pu se passer. À toutes fins utiles, ce sont ces mêmes évêques qui disaient la même chose à une autre époque, tandis que ceux qui les insultent aujourd’hui, les applaudissaient.

Le problème n’est donc pas les évêques, leur position est constante. Le problème c’est justement ceux qui refusent de faire baisser la tension parce qu’ils croient naïvement que jouer sur la peur est un moyen de conservation du pouvoir. Tous les pouvoirs autocratiques dans le monde, ont eu cette position naïve. L’histoire est un recommencement et les faits sont têtus. C’est la fin qui fera pitié. Dieu nous aide !», a révélé le journaliste ivoirien.

Outre la libération des prisonniers politiques, les évêques catholiques ont également souhaité une transparence totale dans la nouvelle commission électorale mise en place par le régime ivoirien, de sorte que les résultats des élections qui seront proclamés par cette institution soient acceptés de tous les candidats à la présidentielle, pour éviter à la Côte d’Ivoire de sombrer dans une nouvelle crise post-électorale. Celle de 2011 avait fait officiellement plus de 3000 morts selon un bilan des Nations Unies.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.