Press "Enter" to skip to content

Doumbia Major tacle les évêques catholiques

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La libération des prisonniers politiques était au cœur des exigences soumises par les évêques catholiques au gouvernement ivoirien via un communiqué. L’un des farouches opposants à cette requête des hommes religieux est le président du CPR Doumbia Major.

“Quand au lieu de chercher à sauver des âmes, on cherche à sauver des hommes politiques en dépit de leurs crimes ou projet criminel, c’est qu’on est sorti du domaine du religieux pour descendre dans le domaine politique et cela cache une complicité dans un projet criminel.

Jetez donc vos tauges et soutanes qui vous servent de scaphandres et descendez à visage découvert dans l’arène politique pour qu’on fasse le débat.

Vous êtes avant tout des intellectuels, vous avez le droit d’avoir vos opinions politiques !
Alors venez sur la place publique, venez participer au débat politique contradictoire.

Venez de manière rationnelle convaincre le peuple, en exposant sur les principes au nom desquels la justice doit arrêter de poursuivre des individus qui ont assassiné des humains pour le pouvoir ou qui projetaient d’en assassiner d’autres, y compris le Président de la République, par simple obsession maladive et délirante pour le pouvoir.

Si tant est que vous êtes pour l’impunité et pour un pays où la justice pardonne à tout le monde pour tous les crimes et délits, alors pourquoi ne demandez vous pas à la justice d’arrêter de poursuivre les voleurs de poulets, les voleurs de pièces de voitures et autres personnes qui ont commis des menus larcins pour se nourrir ou pour nourrir leurs familles ?

Votre demande ciblée est politique et elle est suspecte, je dirai même qu’elle est bruyante de complicité”, explique ce lundi Doumbia Major, le président du CPR.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.