Press "Enter" to skip to content

Doumbia Major réagit à la condamnation de Guillaume Soro

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La condamnation de Guillaume Soro par la justice ivoirienne fait la une de plusieurs grands journaux en Côte d’Ivoire ce mercredi. A l’issue de son procès qui s’est déroulé en l’absence de ses avocats dans la journée du mardi, l’ancien chef du parlement ivoirien a été condamné à 20 ans de prison ferme assorti d’une amende de 4,5 milliards de francs Cfa. Ancien compagnon de lutte de Soro, Doumbia Major n’a pas manqué de réagir au verdict rendu par la justice ivoirienne.

La réaction de Doumbia Major, suite à la condamnation de Guillaume Soro, était très attendue. Alors que la CADHP appelait le régime d’Abidjan à suspendre les poursuites contre l’ancien chef du parlement ivoirien, la justice ivoirienne a décidé de condamner l’ex-premier ministre à 20 ans de prison ferme assorti d’une amende de 4,5 milliards de francs Cfa.

Guillaume Soro est également privé de ses droits civiques en Côte d’Ivoire pour une durée de 7 ans. La présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire s’achève donc en théorie pour l’ancien chef du parlement ivoirien. Pour Doumbia Major, la condamnation de Guillaume Soro par la justice ivoirienne sonne comme une mise en garde à tous ceux qui utilise les deniers publics à des fins personnelles :

«La condamnation de Soro en lien avec le détournement d’une somme de 1 milliard 900 millions et blanchiment de capitaux en complicité avec son ami Soul to Soul et un certain Mory Cissé, est un signal fort lancé aux dirigeants, en lien avec la question de l’utilisation des deniers publics à des fins personnelles. Le fonds de souveraineté sert à gérer les urgences de l’État et les imprévus de la gestion des affaires publiques et non à se procurer des biens personnels.

Ceci servira de jurisprudence à tous les apprentis politiciens qui camouflent leurs opérations de vols de deniers publics, sous le couvert de fonds de souveraineté. L’argent qui appartient à tout le monde et qui doit servir l’intérêt collectif, ne doit, sous aucun prétexte, être détourné pour servir un intérêt personnel. C’est un crime économique et il doit être sévèrement puni pour dissuader d’autres hommes politiques de s’engager sur cette voie.», souligne le président du CPR.

Malgré sa condamnation, Guillaume Soro toujours candidat en 2020

«Je reste candidat à la présidentielle et je gagnerai 

C’est une sentence qui ne nous émeut absolument pas. La parodie de procès à laquelle nous avons assisté ce jour est la preuve ultime que l’Etat de droit est définitivement enterré par Alassane Ouattara.

Cet homme qui porte aujourd’hui avec beaucoup d’aisance les habits de dictateur, qui soumet la justice à sa botte et commande des sentences de mise à mort politique contre ses rivaux afin de les exclure de la compétition électorale, incarne la pire version du dirigeant africain.

Il a bien vite oublié que cette justice qu’il manipule aujourd’hui est la même qui l’avait décrété il y a quelques années, inéligible à toute élection en Côte d’Ivoire, pour nationalité et moralité douteuses. Même être député, lui était impossible. La suite nous la connaissons tous: il est devenu président.

Je lui dis que cette décision ne nous ébranle pas. Je considère ce verdict comme un non-événement, je maintiens ma candidature à la présidentielle et je demande à tous mes partisans de demeurer mobilisés et de continuer le travail de mobilisation et d’implantation.

Notre victoire ne fait aucun doute. Nous gagnerons la prochaine élection présidentielle, c’est une certitude.», a fait savoir le président du GPS, peu de temps après l’annonce du verdict de la justice ivoirienne dans son procès pour détournement de fonds qui s’est tenu mardi sans la présence de ses avocats.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.