Press "Enter" to skip to content

La police ivoirienne interdit l’usage des gyrophares et sirènes aux civils

Aux heures d’embouteillage, certains usagers prennent un malin plaisir à utiliser des sirènes pour se dégager un passage. La police ivoirienne a décidé de se lancer aux trousses de ces automobilistes qui, au mépris des lois, utilisent des gyrophares pour se frayer un chemin aux heures d’embouteillage.

La police ivoirienne a lancé ce lundi un appel aux propriétaires de véhicules particuliers dotés de sirènes et gyrophares. Sans être officiellement dans l’un des corps de l’armée, certains automobilistes ont installé dans leurs véhicules des sirènes. Aux heures d’embouteillages dans les grandes artères d’Abidjan précisément, ces usagers se servent de ce signal d’urgence pour se frayer un chemin dans la circulation, une situation que la police ivoirienne ne veut plus tolérer.

Dans un communiqué dévoilé ce lundi, la police a insisté une nouvelle fois sur l’interdiction des sirènes dans les véhicules de particuliers, avant d’annoncer que des sanctions seront prises pour punir les contrevenants à cette mesure d’interdiction : «La Police Nationale constate que certains véhicules de particuliers sont munis de sirène, créant ainsi une confusion entre eux et les plus hautes autorités qui en ont droit, ainsi que les véhicules d’urgence (Police Nationale, Gendarmerie Nationale, Sapeurs-Pompiers, Ambulance).

Pour éviter de telles situations qui s’apparentent à une indiscipline et au non-respect des règlements en vigueur, la Direction Générale de la Police Nationale invite tous les usagers ayant en leur possession des sirènes et des gyrophares de les désactiver. Tout contrevenant à cette disposition s’expose à la rigueur de la Loi».

Si ce communiqué de la police ivoirienne a été salué par nombres d’ivoiriens, certains estiment que le corps encore étendre ses efforts à d’autres indélicats de la circulation. Certains véhicules de particulier et de transports sont aujourd’hui dotés de phares qui offrent un véritable spectacle de jeux de lumière, ce qui gêne la visibilité des autres automobilistes, surtout la nuit. Ces phares en jeu de lumière sont régulièrement installés sur les véhicules de transports en Côte d’Ivoire, précisément dans la capitale économique ivoirienne.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.