Press "Enter" to skip to content

Boko Haram Nigéria : les lycéennes enlevées à Chibok refusent de rentrer

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Nigéria, l’affaire des lycéennes enlevées il y’a quatre ans par le groupe Boko Haram prend une nouvelle tournure. Dans une vidéo diffusée ce lundi par le groupe armé, les filles enlevées à Chibok ont annoncé qu’elles ne comptaient plus rentrer chez elles.

La secte Boko Haram au Nigéria a diffusé ce lundi une nouvelle vidéo des lycéennes enlevées à Chibok. Contre toute attente, ces filles, qui étaient au nombre de 276 lorsqu’elles avaient été kidnappées une première fois, refuseraient de rentrer : ‘‘Nous sommes les filles de Chibok (…) Par la grâce de Dieu, nous ne vous reviendrons pas’’, déclare l’une des détenues 14 de Boko Haram ayant réalisé cette vidéo. L’enlèvement de ces lycéennes dans le nord-est du Nigéria avait suscité une grosse indignation de la communauté internationale qui s’était mobilisée pour la libération de ces filles. Au nombre de 276 au départ, environ une soixantaine de filles enlevées avaient réussi à s’échappé après leur enlèvement par le groupe armé le 14 avril 2014. Sur les 219 détenues restées aux mains de Boko Haram, les autorités nigérianes avaient réussi à négocier la libération de plus d’une centaine, 107 pour être plus précis. Alors que les autorités nigérianes poursuivent leurs efforts dans la localisation des filles en vue de leur libération du joug de l’insurrection Boko Haram, 14 lycéennes apparaissent dans une vidéo en diffusant un message qui donne froid dans le dos. A titre de rappel, le 5 mai de l’année de l’enlèvement des filles, Abubakar Shekau avait déclaré dans un enregistrement vidéo que les lycéennes kidnappées seraient vendues comme esclaves ou données de force en mariage, une promesse de mariage devenue réalité à en juger par les déclarations de l’une des filles capturées : « notre père Abubakar Shekau, qui nous a mariées. Nous vivons dans le confort (…) Abubakar Shekau est notre chef ».

Une vidéo tournée sous la contrainte de Boko Haram?

La déclaration des lycéennes qui ne tarissent pas d’éloge à l’égard de leur kidnappeur doit être prise toutefois avec quelques pincettes. Prisonnières du groupe armé depuis avril 2014, il est donc probable que les 14 filles qui apparaissent dans la vidéo diffusée ce lundi aient parlé sur le coup de la contrainte. En marge de la lutte contre le groupe armé, il ne faut pas oublier la bataille idéologique qui se joue entre le gouvernement et Boko Haram. Si au départ la secte recrutait uniquement des hommes dans ses rangs, avec la durée du conflit au nord du Nigéria les orientations du groupe armé ont évolué. Les femmes sont de plus en plus utilisées par le groupe armé nigérian pour des projets d’attentat suicide, étant donné qu’elles arrivent le plus souvent à détourner l’attention des services de sécurité. Selon une enquête menée l’année dernière par une cellule américaine sur le terrorisme, au moins 244 femmes avaient exécutés des projets d’attentat terroriste au Nigéria pour le compte du groupe armé. A la lumière de ce rapport, il ne faut donc pas exclure l’éventualité selon laquelle Boko Haram aurait réussi à faire adhérer les lycéennes enlevées à son idéologie, ce qui ferait de ces innocentes filles du conflit de potentielles menaces à surveiller.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.