Press "Enter" to skip to content

Mort de Jacques Chirac : réactions politiques en France

L’ancien président français Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019 en France. Après ses deux mandats présidentiels, il s’était éloigné de la scène politique française, affaibli par la maladie. Selon son gendre qui a annoncé son décès à l’AFP, l’ancien président français ‘‘s’est éteint paisiblement’’.

Jacques Chirac, ancien président de la République de France, est mort ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Né le 29 novembre 1932 dans le 5e arrondissement de la ville de Paris, il a été l’une des figures de proue de la vie politique française sous la Ve République. Sa carrière politique qui s’étale sur une quarantaine d’années, reste à ce jour l’une des plus exceptionnelles en France. Affaibli par la maladie Jacques Chirac s’était éloigné de la vie politique française.

Elu président une première fois face au candidat socialiste Lionel Jospin en 1995, Jacques Chirac sera réelu en avril 2002 face à Jean-Marie Le Pen, candidat pour le front national. La mort de l’ancien président français a suscité de nombreuses réactions politiques en France. Après l’annonce du décès de Jacques Chirac, Emmanuel Macron a annulé son déplacement à Rodez ce jeudi pour le lancement des grandes consultations nationales sur la question des retraites.

Sur son compte Twitter, Anne Hidalgo, maire Républicaine de Paris, écrit : «Aujourd’hui Paris est en deuil. Je suis profondément émue et attristée d’apprendre que le Président Chirac nous a quittés. Homme d’Etat hors norme, immense figure humaniste, il a marqué l’histoire de notre pays».

Candidat du PS lors de la présidentielle française de 2017, Benoît Hamon a lui aussi réagi à la mort de l’ancien président français : «Mon premier engagement était contre les lois Devaquet et Pasqua quand Jacques Chirac était premier ministre. Mais je n’oublie pas le discours du Vel d’Hiv en 1995, le non à la guerre en Irak en 2003 et son rejet viscéral de l’extrême droite».

Toujours dans la grande famille socialiste, Ségolène Royale, candidate malheureuse de la présidentielle de 2007 face à Nicolas Sarkozy, a déclaré ce jeudi : «Je voudrais rendre hommage à son incomparable courtoisie et confiance malgré la cohabitation. Mes condoléances les plus attristées à sa famille».

Christian Estrosi, maire Républicain de la commune de Nice, a été profondément attristé par la mort de Jacques Chirac ce jeudi 26 septembre 2019 : «Même si nous la craignions tous, la nouvelle m’a plongé dans une grande tristesse. Jacques Chirac, pour moi, c’était la vitalité, c’était l’énergie, c’était la fidélité à ses amis et ses proches, et c’était avant tout la passion de la France».

Son ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, se dit «Très peiné par la disparition du Président Chirac. Pendant 3 ans à Matignon j’avais construit avec lui une relation de confiance et d’affection. Il m’a beaucoup donné, son attachement à la cohésion sociale, son goût de la Chine…Ma gratitude est immense. De cœur avec sa famille».

Egalement ministre de Jacques Chirac, Jean François Copé a réagi au décès de l’ancien président français ce jeudi 26 septembre 2019 : «Ce qui restera, pour Jacques Chirac, c’est d’abord d’avoir été quelqu’un qui avait donné à la fonction présidentielle une hauteur assez exceptionnelle. Lorsqu’il disait à propos “ça n’est pas convenable”, chacun comprenait autour de la table du conseil des ministre qu’on n’avait pas été à la hauteur de notre fonction».

Depuis son compte Twitter, Xavier Bertrand a salué pour sa part «le refus de la compromission avec l’extrême-droite. En 2002, chacun se souvient qu’il a été le rempart républicain contre le Front National».

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.