Press "Enter" to skip to content

Congés anticipés à Daloa : 4 élèves condamnés à six mois de prison

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six mois de prison ferme, c’est la sanction infligée à quatre élèves ayant pris part au phénomène des congés anticipés dans la localité de Daloa, à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Souhaitant avoir des vacances beaucoup plus longues, des élèves ont récemment fait irruption dans plusieurs établissements pour perturber les cours, dans le but de forcer les responsables de ces écoles à décréter les congés scolaires à l’avance.

Face à l’ampleur du phénomène des congés scolaire anticipés en Côte d’Ivoire, le ministère de l’éducation nationale a décidé de durcir le ton. S’exprimant sur ce fléau de plus en plus préoccupant, Kandia Camara a annoncé que la rigueur de la loi s’appliquerait aux perturbateurs. La ministre de l’éducation national a déclaré que les perturbateurs de cours qui seront pris par la police seront radiés du système éducatif ivoirien. Dans la ville de Daloa, certains adeptes du phénomène des congés anticipés ont subi la rigueur de la loi, mais autrement.

Conformément au code pénal ivoirien, précisément selon l’Article 213 du Code Pénal (Section 6), «Quiconque pénètre ou se maintient dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est puni d’un emprisonnement de six mois à un an et d’une amende de 100.000 à 1.000 000 de francs».

Selon une information transmise par la Drenet de Daloa, le tribunal a statué il y’a quelques jours sur la sentence de 7 perturbateurs de cours : «Ce mardi 17 décembre 2019, au tribunal de Daloa, ils étaient au nombre de sept (7) à avoir écopé d’une peine de prison de six mois chacun. Infraction : Intrusion dans un établissement d’enseignement. On dénombre quatre (4) élèves, deux (2) sans emploi et un (1) couturier, tous âgés de 18 à 24 ans».

Ce jugement rendu ne serait que le premier d’une série à venir. Selon la Drenet de Daloa, certains adeptes du phénomène des congés anticipés attendent d’être jugés devant le tribunal pour avoir perturbé le déroulement des cours, au motif de vouloir aller en avance en congés pour les fêtes de fin d’année.

Au moins deux élèves tués

Rappelons que ces manifestations lancées dans les établissements à la veille des congés de fin d’année, ont été marqués cette année par des tragédies. Selon les informations que nous avons reçues, au moins deux élèves ont été tuées lors des manifestations d’élèves en Côte d’Ivoire pour l’anticipation des vacances scolaires cette année.

Dans la ville de Daloa, la mort de l’élève Sangaré Teinan, en classe terminale, a laissé certains sans voix. Voulant empêcher les perturbateurs de parvenir à leurs fins, le jeune élève a été injustement tué dans la foulée, après avoir reçu un couteau en pleine gorge.

A Dimbokro, une élève répondant au nom de Perside Kokora, a aussi perdu la vie lors des manifestations initiées par les adeptes des congés anticipés. Mais dans ce cas-ci, c’est la police chargée du maintient de l’ordre sur les lieux, qui est indexée, puisque la jeune élève a été tuée après avoir reçu une balle.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.