Press "Enter" to skip to content

La réaction du gouvernement ivoirien au mandat d’arrêt contre Guillaume Soro

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement a réagi dans un communiqué ce vendredi au mandat d’arrêt émis contre l’ancien chef du parlement ivoirien. Après avoir condamné la tentative de déstabilisation du pays évoquée par le Procureur, le porte-parole du gouvernement a invité les populations à vaquer tranquillement à leurs occupations.

La réaction officielle du gouvernement ivoirien au mandat d’arrêt émis contre Guillaume Soro est enfin connue : «Le Gouvernement a été informé par les autorités judiciaires ivoiriennes, de l’émission d’un mandat d’arrêt international contre Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, député et ancien Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.», explique le porte-parole du gouvernement ivoirien.

Candidat déclaré à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, l’ancien chef du parlement ivoirien n’a toujours pas renoncé à l’idée d’être président l’année prochaine, en dépit des lourdes accusations qui pèsent contre lui. Dans son communiqué, le gouvernement affirme avoir pris «acte de l’émission d’un mandat d’arrêt international contre Monsieur Guillaume Kigbafori SORO», par ailleurs ancien président de l’Assemblée Nationale.

Le gouvernement a également élevé une vive protestation contre cette tentative de déstabilisation du pouvoir actuel : «Au regard des infractions évoquées, à savoir : «présomptions graves de tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national et complot contre l’autorité de l’Etat ; de recel de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux», et au vu des pièces à conviction présentées, qui établissent le flagrant délit et l’implication du mis en cause dans un projet de déstabilisation de la Côte d’Ivoire, le Gouvernement Condamne avec la plus grande fermeté ces pratiques inacceptables tendant à replonger les populations ivoiriennes dans le douloureux passé des différentes crises socio-politiques qu’a connu notre pays».

Le ministre de la communication Sidi Tiémoko a également salué «les services de renseignement pour leur engagement constant dans le cadre de la protection de la Côte d’Ivoire contre tous types de menaces». A cette heure, difficile de savoir où se trouve exactement l’ancien chef du parlement ivoirien, visé par un mandat d’arrêt international en Côte d’Ivoire.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.