Press "Enter" to skip to content

Rencontre Simone Gbagbo KKB : l’ex-première veut une alliance FPI – PDCI

Après sa rencontre avec Laurent Gbagbo, KKB s’est entretenu avec Simone Ehivet, l’ancienne première dame de Côte d’Ivoire. Au menu des échanges entre le conseiller d’Henri Konan Bédié et l’ancienne première dame, l’alliance politique entre le FPI et le PDCI RDA.

La rencontre entre Simone Gbagbo et Kouadio Konan Bertin dit KKB, a relancé une nouvelle fois les débats sur l’alliance politique entre le FPI et le PDCI RDA. S’ils ne sont pas forcément de la même idéologie politique, les deux formations politiques consolident de plus en leur rapprochement à la veille de la présidentielle ivoirienne. Pour Simone Gbagbo, il est plus que jamais nécessaire pour les deux formations politique de se donner la main en Côte d’Ivoire :

«La venue de KKB prouve qu’il est temps de taire les divergences politiques et de se mettre ensemble pour la sauver la Côte d’Ivoire. Personnellement j’en suis convaincue et c’est pour cela que je dis à toutes ces personnes qui nous approchent qu’on est obligés de mettre de côté tout ce qu’on a vécu comme frustration, colère.

On est obligés de mettre tout ça derrière nous. Quand le président Henri Konan BÉDIÉ est allée à Bruxelles pour rencontrer le président Laurent GBAGBO, j’ai compris que c’était une clef importante pour la paix dans le pays. On a un impératif qu’on doit réussir. Si on ne réussit pas, je suis convaincu que notre pays, on l’aura perdu. Si on réussit, on aura ramené l’âme de notre Nation. Il faut qu’on récupère ensemble l’âme de notre Nation.», a rapporté l’ancienne première dame, à l’issue de sa rencontre avec le conseiller d’Henri Konan Bédié.

L’année dernière, Jean-Louis Billon évoquait justement le fonctionnement de cette alliance entre le FPI et le PDCI RDA : «Nous nouons des alliances et le FPI est un parti de l’opposition tout comme le PDCI-RDA qui a décidé d’y être. Donc, tous les partis d’opposition sont contre le parti au pouvoir à savoir le RHDP. Nous avons entre nous une bienveillante attention ; le terme pactiser est fort. Nous sommes, le PDCI-RDA et le FPI, naturellement, traditionnellement, historiquement des adversaires politiques ; nous ne sommes pas des ennemis…

A la présidentielle de 2020, nos deux partis auront chacun un candidat et si jamais, c’est le PDCI-RDA qui arrive au second tour et comme ce sera certainement le cas, le FPI, s’il n’y est pas, nous donnera ses voix et inversement, le PDCI-RDA lui donnera ses suffrages. Dans le cas où, et c’est fort possible, le PDCI-RDA et le FPI se retrouvent au second tour après avoir éliminé le RHDP et son imposture dès le premier tour, il s’agira, pour les Ivoiriens, de décider de leur choix en fonction du meilleur candidat et du meilleur programme».

Pour l’instant, le Front populaire ivoirien se tient bien à l’écart de la plateforme politique mise en place par Henri Konan Bédié. Cette déclaration de Simone Gbagbo laisse clairement entendre que le scénario d’une alliance politique entre les deux partis est encore sur la table des discussions, mais une alliance FPI- PDCI à quel prix ?

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *