Press "Enter" to skip to content

Désobéissance civile : Doumbia Major tacle Bédié, Billon et Affi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mot d’ordre de désobéissance civile en Côte d’Ivoire ne serait pas suivi par les leaders de l’opposition. C’est en tout cas le constat fait par Doumbia Major, le président du congrès panafricain pour le renouveau. Membre de l’opposition, l’enseignant universitaire a appelé Bédié, Affi N’Guessan et Jean-Louis Billon à montrer l’exemple.

Un appel à la désobéissance civile a été lancé par l’opposition ivoirienne il y’a de cela plusieurs jours. Cet appel s’est traduit sur le terrain par de timides manifestations sur les voies publiques, comme cela a été constaté ce lundi 19 octobre à Abidjan dans certaines localités voisines. Ces manifestations interviennent alors que siège une mission ministérielle de la CEDEAO en Côte d’Ivoire, dans le cadre de la prochaine élection présidentielle.

Président du CPR, Doumbia Major a reprouvé le mot d’ordre de désobéissance civile lancée par plusieurs leaders de l’opposition ivoirienne parmi lesquels Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan. Dans la journée du lundi, des barricades ont été dressées dans plusieurs quartiers d’Abidjan, suite au mot d’ordre de désobéissance civile lancée par l’opposition ivoirienne il y’a environ une quinzaine de jours. Dans la capitale économique, l’on dénombre plusieurs destructions de biens, dont un autobus de la compagnie Sotra incendiée dans la commune de Marcory.

Dans la localité de Bonoua, des barricades ont été dressées à plusieurs endroits pour empêcher toute circulation. Pour Doumbia Major, «Les forces de l’ordre affectés à la protection de Monsieur Bédié et de Monsieur Affi N’guessan devraient ne plus assurer leur mission, en respect à la mesure de désobéissance civile lancée par ces derniers.

Continuer d’aller assurer leur sécurité sur ordre de l’État , c’est respecter l’autorité de l’État, or ces derniers demandent à tous les citoyens et travailleurs de ne plus respecter et de ne plus se soumettre à l’autorité de l’État… Monsieur Billon devraient mettre en congé tous ses collaborateurs et travailleurs de la SIFCA, car le fait que ces derniers travaillent contribue à faire vivre l’état, puisqu’ils payent des impôts sur leurs salaires, ils prennent les transports publics pour aller au travail et ils payent du carburant sur lequel l’état perçoit des taxes pour faire fonctionner le système.

Quand on lance un mot d’ordre, il faut le respecter soi-même. Affi N’Guessan devraient donc dans les heures qui suivent , annoncer qu’il se sépare des services de sa garde affectée par la police, pour être en cohérence avec son propre mot d’ordre. Il en est de même pour Bédié.», a déclaré le président du Congrès Panafricain Pour le Renouveau.

L’opposant ivoirien va encore plus loin en invitant Henri Konan Bédié, ex-président de la République, et Pascal Affi N’Guessan, ex-premier ministre, à renoncer à leurs rentes viagères : «S’il ne le font pas eux-mêmes par décence et par respect pour les citoyens qu’ils appellent à la désobéissance civile, l’état doit le faire , car on ne peut pas appeler à la désobéissance civile contre l’État et continuer de percevoir ses rentes viagères et continuer de bénéficier de la protection policière de l’État.», a poursuivi Doumbia Major.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.