Press "Enter" to skip to content

Grand-Bassam : démantèlement d’un réseau de proxénétisme

Le réseau de proxénétisme démantelé dans la ville de Grand-Bassam était géré par une prostituée nigériane de 27 ans. En collaboration avec son complice résident au Nigéria, la prostituée faisait venir de jeunes filles de son pays en Côte d’Ivoire, en leur promettant du travail. C’est une fois arrivé sur le territoire ivoirien que les filles se rendaient compte qu’elles venaient pour entretenir un réseau de proxénétisme gérée par la dénommée Rita Peter Tefa.

La brigade mondaine de Grand-Bassam vient de démanteler un réseau de proxénétisme qui était géré par une jeune nigériane de 27 ans. Exerçant la prostitution comme métier, elle faisait venir ses compatriotes du Nigéria en Côte d’Ivoire, en leur promettant un travail bien rémunéré qui leur permettrait de gagner leur vie. C’est une fois le voyage effectué que les filles se rendaient compte que le travail en question était de la prostitution.

Selon le communiqué de la police nationale, Rita Peter Tefa forçait ses compatriotes à se prostituer. En échange de leur liberté, ces jeunes filles devraient verser chacune la somme de 1.200 000 francs Cfa à la patronne du réseau de proxénétisme démantelé par la brigade mondaine de Grand-Bassam :

« LA BRIGADE MONDAINE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE D’ABIDJAN INTERPELLE UNE PROSTITUÉE ET PROXÉNÈTE À GRAND-BASSAM

Dans le cadre de la lutte contre le traffic d’êtres humains et le délit de proxénétisme, les collaborateurs de Madame le Commissaire de Police KAMAGATE TATA, Chef de service de la Brigade Mondaine de la Préfecture de Police d’Abidjan ont interpellé le samedi 28 septembre 2019, la nommée RITA PETER TEFA, 27 ans, Nigériane, prostituée et proxénète dans un ghetto de Grand-Bassam.


En effet, ladite Brigade a reçu une information anonyme faisant état de ce que des individus s’adonneraient au traffic de leurs compatriotes à des fins d’exploitation sexuelles.
Ainsi, les agents de Police ont immédiatement mené une opération qui a permis d’interpeller la mise en cause. Elle a fait venir ses compatriotes par l’intermédiaire de son ami vivant au Nigeria à hauteur de 150 000 F C.F.A chacune.
Aussi, elle les contraignait à se prostituer à son profit et chacune devait payer la Somme de 1 200 000 F C.F.A avant d’être libre.


Vu le préjudice psychologique, moral et physique subit par les victimes, la Police Nationale invite les populations à dénoncer ces pratiques en appelant au 72920691.», rapporte la police ce jeudi dans un communiqué. 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.