Press "Enter" to skip to content

Cocody : En voulant ‘‘gérer bizi’’, une étudiante se fait violer

En Côte d’Ivoire, les réseaux de proxénétisme ont été rebaptisés par une nouvelle expression, «gérer bizi». Depuis les réseaux sociaux, des individus, jeunes filles ou jeunes hommes, proposent à certaines filles de se faire de l’argent facilement en passant une soirée ou un week-end en compagnie d’hommes riches. Une étudiante de 23 ans apprendra malheureusement à ses dépens les négatives conséquences du gain facile de l’argent. Croyant pouvoir se faire 500 000 fcfa au cours d’une soirée, l’étudiante en question s’est fait violé par son interlocuteur du réseau de proxénétisme et son complice.

La série de viol en Côte d’Ivoire se poursuit. Après le décès d’une fillette de trois ans violée dans la ville de Dimbokro, une jeune étudiante qui croyait «gérer bizi», à savoir se faire de l’argent grâce au proxénétisme, s’est au bout du compte fait violer par son interlocuteur. Agée de 23 ans, la jeune étudiante fait la rencontre d’une jeune fille sur les réseaux sociaux.

Après plusieurs échanges, cette dernière propose à l’étudiante une opportunité de se faire facilement 500 000 fcfa en une seule, à la condition qu’elle passe une soirée avec un riche homme. L’étudiante qui donne son accord pour «gérer bizi», prend donc rendez-vous dans la soirée à Angré Pétro-Ivoire avec son interlocutrice qui en réalité est un homme qui s’est fait passer la gérante de ce réseau de proxénétisme.

Arrivé au lieu de la rencontre, l’étudiante se fera escorter par un jeune homme qui se faisait passer pour le frère de sa fausse interlocutrice. Le jeune homme conduira l’étudiante de 23 ans sur la dalle d’un immeuble à Cocody Angré Petro-Ivoire.

Malheureusement, il est trop tard pour l’étudiante lorsqu’elle se rend compte qu’elle a été victime d’un piège tendu par deux violeurs, croyant qu’elle était contactée pour aller gérer bizi. Après avoir été violée, la jeune étudiante porte plainte contre ses bourreaux qui seront finalement arrêtés par la police à l’issue d’une enquête.

Le récit de la police

” Angré Oscars : DEUX VIOLEURS INTERPELLÉS PAR LES SERVICES DE POLICE.

Attention aux réseaux sociaux :
S. M. C , 23ans, ivoirienne, étudiante a fait la connaissance d’une soit disante jeune fille sur les réseaux sociaux. Celle-ci lui proposant de la la mettre en contact avec « un enfant de riche » moyennant 500.000f pour une soirée en sa compagnie.
Dans cette transaction, la commission de la jeune fille intermédiaire devrait être de 200.000f. La victime fini par accepter un rendez-vous avec le fameux gosse de riche .
le rendez-vous est donc pris pour hier jeudi 10 octobre à 20h à Angré Petro-Ivoire. Une fois sur le lieu du rendez-vous c’est l’un des agresseurs qui se présente. Il se fait passer pour le frère de l’amie virtuelle (la proxénète) et se propose de l’accompagner vers sa sœur.

C’était l’erreur de trop à ne pas commettre pour S, M ,C . Le quidam l’a conduit plutôt sur une dalle ou son complice l’attendait impatiemment. avant d’abuser d’elle sexuellement à tour de rôle .

En vérité, la fameuse jeune fille rencontrée sur Facebook n’existe pas , c’est un compte avatar animé par l’un des violeurs .
La victime a porté plainte à la Police, après le viol. Aussitôt une enquête à été ouverte et les violeurs interpellés les heures qui suivent à Angré les Oscars. Ils seront déférés devant les juridictions compétentes .

C’est le lieu pour nous d’interpeller sur le danger des réseaux sociaux et aussi de cette pratique communément appelée “Bizi” dans le jargon ivoirien. “, lisons-nous sur Police Secours.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.