Press "Enter" to skip to content

Enlèvement d’un bébé de 7 mois : voici toute l’histoire racontée par la police

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux étaient en ébullition en Côte d’Ivoire, suite à l’enlèvement d’un bébé de 7 mois par sa nounou. En charge de la surveillance du bébé, la babysitteur a discrètement quitté le domicile de ses employeurs en s’enfuyant avec le nouveau-né du couple. Alertée de la situation, la police criminelle a mené des investigations qui ont conduit à l’interpellation de la ravisseuse de 21 ans, dans une localité de Sinfra, dans l’ouest du pays.

L’enlèvement d’un bébé de 7 mois il y’a quelques jours en Côte d’Ivoire avait suscité une grosse stupeur. Sur les réseaux sociaux, les internautes se sont mobilisés pour aider la police dans ses recherches, en partageant sur leurs statuts l’avis de disparition du bébé enlevé par sa babysitteur âgée de 21 ans. Après cinq jours de cavale, la police ivoirienne a finalement réussi à mettre la main sur la nounou ravisseuse, selon les informations disponibles, tentait de rejoindre sa mère dans un village.

Si on en sait davantage sur les circonstances de l’enlèvement du bébé de 7 mois dans la nuit du vendredi dernier, la police n’a pas révélé les raisons qui ont poussé la nounou à prendre la fuite avec l’enfant dont elle avait la garde : «Le 23 novembre 2019, alors qu’elle avait en charge la surveillance de deux enfants, K.A.A a profité de l’absence de celle-ci pour enlever le dernier enfant âgé de 07 mois pour disparaître, abandonnant seul un garçonnet de 02 ans dans la maison dont les portes étaient entrouvertes. Suite à cela, les parents ont saisi la Direction de la Police Criminelle d’une plainte.

Les investigations menées par les fins limiers de la Police Criminelle ont permis de localiser la ravisseuse à KONEFLA dans le département de Sinfra. Des filatures faites dans ladite localité ont permis d’interpeller dans un campement dénommé GBALEBONOU, la ravisseuse répondant au nom de K.A.A, âgée de 21 ans.», rapporte la police dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Mais aujourd’hui, nombres d’ivoiriens souhaitent savoir les véritables raisons de l’enlèvement du bébé par la nounou ravisseuse. Au mois d’octobre, les ivoiriens étaient sous le choc de l’enlèvement d’une fillette de trois ans qui été violée par son ravisseur. Malheureusement, elle ne survivra pas aux supplices subis par son ravisseur.

Une marche blanche avait même été organisée en l’honneur de la fillette de trois ans enlevée et violée à Dimbokro. Fort heureusement, la police a réussi à mettre la main sur la ravisseuse du bébé de sept mois à temps, car nul ne sait ce qui aurait pu advenir de l’enfant dans les jours qui viennent.

Le récit de l’enlèvement détaillé par la police

«Le samedi 23 Novembre 2019, l’administration de Police Secours est saisie pour un cas d’enlèvement d’enfant par sa nounou dans la nuit du Vendredi à Samedi.

Une cellule de crise est donc mise en place pour coordonner les infos avec un membre de la famille et les administrateurs de Police Secours.

Les recherches s’orientent vers l’agence qui n’arrive pas à fournir des documents précis sur la nounou. Fort heureusement le bâtiment possède un système de vidéo surveillance et une image de la servante a pu être récupérée depuis un passage vidéo.

De là s’en est suivie la publication de la vidéo ayant permis d’identifier la kidnapeuse grâce à l’aide d’un témoin chez qui elle avait eu à travailler. Fort de toutes ces informations et après des précisions reçues inbox.

L’information est remontée au capitaine Amon de la DPC qui menait déjà ses investigations et avaient entrepris la localisation de la nounou.

La procédure se poursuivant entre le 22 ieme qui investiguait sur la piste de l’agence de placement , Police Secours qui recoupait les informations reçues de ses membres et coordonnait avec la famille et la Police criminelle qui tracait la kidnapeuse.

Après avoir été localisé dans la zone de Sinfra et qu’une membre de Police Secours ait confirmé l’identité de la nounou sur la photo postée dans le groupe, la connaissant très bien, la police a quadrillé la zone.

Cependant la nounou avait plutot prevu rejoindre sa mère dans un village dans les alentours de Sinfra “Konefla” où les équipes de la Dpc ont pu l’appréhender. La petite Zoé a donc été ramenée vers sa mère saine et sauve et la nounou mise aux arrêts».

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.