Révision de la liste électorale : on boycotte ? Mamadou Koulibaly dit non

Mamadou_Koulibaly

La révision de la liste électorale en Côte d’Ivoire aura lieu avant la tenue des municipales et régionales dont la date est encore ignorée. Le Professeur Mamadou Koulibaly, fondateur du parti Lider, a pris une position plutôt inattendue sur cette question essentielle dont dépend l’issue des prochaines échéances électorales ivoiriennes à venir.

La révision de la liste électorale en Côte d’Ivoire figure parmi les grands sujets d’actualité évoqués aussi bien par la presse ivoirienne que les leaders d’opinion politique. Selon le calendrier établi par la commission électorale indépendante, cette opération aura lieu du 17 au 24 juin prochain sur toute l’étendue du territoire national. Pour la réussite de cette mission, les 10500 bureaux de vote que compte le pays seront tous ouverts pour permettre à tous et celles qui ne figurent pas encore sur la liste électorale de se faire enregistrer avant les élections régionales et municipales prévues pour cette année. Si l’opposition ivoirienne a longtemps boycotté ces phases d’enrôlement et de révision de la liste électorale, elle semble vouloir changer de cap et prendre une part active aux futures échéances électorales à venir. Le professeur Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée Nationale en Côte d’Ivoire, a invité les ivoiriens à sortir massivement pour se faire enregistrer sur les listes électorales. Car selon lui,

« Pour aller aux élections, il faut des électeurs. C’est quand vous serez sur la liste électorale que vous serez capables de confier vos mairies, régions à des gens capables de faire de la bonne gestion ».

Après l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo, nombre de ses sympathisants et soutiens politiques ont boycotté de nombreux scrutins, conditionnant leur participation par la libération de leur leader actuellement jugé à la CPI pour ‘‘crimes contre l’humanité’’ pendant la crise post-électorale qui aurait fait officiellement 3000 morts. D’autres leaders conditionnaient aussi leur participation à tout scrutin en Côte d’Ivoire par le départ de Youssouf Bakayoko, l’actuel président de la Commission électorale indépendante. Mais les années se sont écoulés et le gouvernement n’a toujours pas donné de suite favorables à cette requête de l’opposition qui appelle à une réforme de la CEI, réforme qui passe bien entendu par la destitution de Youssouf Bakayoko. Mais à l’évidence, le président de la CEI sera encore aux commandes pour les élections municipales et régionales à venir, puisque l’institution qu’il dirige vient de lancer l’opération de révision de la liste électorale en Côte d’Ivoire. Pour Mamadou Koulibaly, un boycott serait la pire réponse à donner à l’actuel gouvernement. « Nous nous plaignons tous de la mauvaise qualité de ce gouvernement, de sa mauvaise gestion. Le moment est venu de montrer que nous sommes capables de transformer nos plaintes en espoirs et pour cela il faut que nous soyons sur la liste électorale pour voter ». Pour l’heure, aucun candidat de l’opposition issu des rangs de l’ancien régime n’a annoncé sa candidature aux élections municipales et régionales à venir mais tout porte à croire que certains leaders de l’opposition n’excluent pas une candidature aux prochaines élections en Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *