Burkina Faso : deux civils tués dans l’attaque de la gendarmerie de Kongoussi

attaque-gendarmerie-burkina-faso

La gendarmerie de Kongoussi située dans le centre-nord du Burkina Faso a été le théâtre d’une nouvelle attaque terroriste dans la nuit du mercredi au jeudi 7 février. Selon le bilan officiel dressé par les autorités du pays, deux civils ont péri dans cette énième attaque armée qui secoue le pays des hommes intègres depuis trois années.

Le Burkina Faso a été victime d’une nouvelle attaque armée dans la nuit du mercredi au jeudi 7 février. Un groupe d’assaillants non identifiés a pris d’assaut la gendarmerie de Kongoussi situé dans le centre-nord du pays. Selon le communiqué officiel, les hommes armés ont attaqué le camp de gendarmerie dans le but de libérer l’un de leurs compagnons qui y était détenu : «Sans succès, les assaillants ont tenté de libérer un des leurs qui avait participé à I ‘attaque de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Bourzanga le 06 novembre 2017».

Si on ne déplore aucune perte en vies humaines du côté des forces de l’ordre, cette attaque armée contre la gendarmerie de Kongoussi a coûté malheureusement la vie à deux civils qui se trouvaient dans les environs de la brigade. Il conviendrait plutôt de dire que l’attaque du camp de gendarmerie a coûté la vie à trois personnes, puisque l’une des deux victimes était une femme enceinte déjà à termes selon un témoignage rapporté par Radio Omega : «La femme qui est décédée était à terme. Son bébé ainsi que le l’homme qui l’accompagnait sont aussi décédés. Des impacts de balles étaient encore visibles jeudi matin sur les murs de la gendarmerie prise pour cible par les assaillants».

Troisième attaque armée à Kongoussi

Cette attaque intervient quelques jours après une riposte fatale de l’armée burkinabè qui a fait 146 victimes dans les rangs des terroristes. Pour rappel, ce n’est pas la première fois que la localité de Kongoussi subit des attaques terroristes. Il y’a deux ans de cela, des individus armés non identifiés avaient ouvert le feu sur un camp de gendarmerie situé à une quarantaine de kilomètres de Kongoussi. En novembre dernier, la gendarmerie de Namissiguima également située dans le centre-nord du Burkina Faso, était la cible d’une attaque armée. Aucun mort dans les rangs des forces de l’ordre, mais un gendarme du camp attaqué a été blessé pendant l’assaut lancé par les terroristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *