Press "Enter" to skip to content

Grève des enseignants : Alain Lobognon demande le renvoi de Kandia Camara

Cela va faire bientôt deux mois que les cours ne sont pas dispensés dans les établissements publics en Côte d’Ivoire, à cause de la grève des enseignants. Devant l’impasse entre le ministère de l’éducation nationale et les grévistes, le député Alain Lobognon souhaite une implication personnelle du président dans la crise qui frappe l’école ivoirienne depuis le 22 janvier.

L’école ivoirienne reste toujours paralysée par la grève des enseignants ivoiriens, et ce malgré le retour à la normale annoncé pour ce début de semaine. Contrairement à ce qui a été annoncé, la Cosefci a reconduit son mot d’ordre jusqu’à nouvel ordre, une consigne qui a été suivie dans de nombreux établissements publics en début de semaine. Les professeurs manquent toujours à l’appel dans les salles de classe, synonyme d’une crise scolaire qui n’a pas encore connu de dénouement.

S’exprimant sur la crise actuelle de l’école ivoirienne, Alain Lobognon a souhaité une implication personnelle du président de la République et du premier ministre dans les discussions avec les enseignants en grève dont certains ont vu leurs comptes gelés récemment. Pour l’ancien ministre des sports, « L’Ecole en Côte d’Ivoire ne peut être l’otage d’une famille. Le Président de la République et le Premier ministre disposent d’une solution forte pour sauver l’Ecole : le renvoi du ministre de l’Education nationale et de son chef de cabinet. Aucun sacrifice de trop pour sauver l’Ecole».

En poste depuis 2011, Kandia Camara fait sans doute face à l’une des pires crises scolaires depuis son arrivée à la tête de l’éducation nationale. Selon Alain Lobognon, le renvoi de la ministre serait un début de solution à cette crise qui frappe l’éducation nationale depuis le 22 janvier dernier. En plus du primaire et du secondaire, rappelons que la grève touche également l’université Felix Houphouët Boigny. L’un des principaux responsables syndicaux de la grève universitaire, le professeur Johnson Kouassi Zamina, avait même été mis aux arrêts, avant d’être relâché début mars.

Rappelons que dans la journée du mardi, des centaines d’élèves du Lycée classique d’Abidjan ont assiégé la Télévision Nationale ivoirienne, dans le but d’attirer l’attention du gouvernement sur la menace qui plane sur l’école ivoirienne.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.