Press "Enter" to skip to content

Réforme de la CEI : la fin des travaux annoncée pour juin 2019

Sujet de discorde entre l’opposition ivoirienne et le gouvernement, la réforme de la CEI devient une réalité au fil des jours. Après une première réunion qui s’est tenue le 21 janvier dernier, une séance de travail avec la société civile et les partis de l’opposition s’est tenue mardi, une séance de travail à laquelle le PDCI et le groupement EDS n’ont pas pris part.

La réforme de la CEI est l’un des engagements majeurs pris par le président ivoirien avant la tenue de l’élection présidentielle d’octobre 2020. Mais la mouvance présidentielle et les partis de l’opposition ont du mal à trouver un consensus sur la marche à suivre. D’un camp comme dans l’autre, on laisse entendre que la réforme de la commission électorale indépendante se fera conformément aux recommandations de la Cour Africaine des droits de l’homme. Mais dans le fonds, le gouvernement et les opposants politiques ivoiriens multiplient les désaccords autour de la réforme de la CEI.

Selon la mouvance présidentielle, les consultations et discussions porteront uniquement sur la recomposition de la commission électorale indépendante, un avis que ne partage pas l’opposition ivoirienne. Pour sa part, le PDCI a formulé une série de propositions pour redorer le blason de l’institution. Parmi les suggestions du PDCI, le changement de la dénomination de l’instance, l’autonomie financière de l’institution, mais surtout le départ de Youssouf Bakayoko, en poste depuis une dizaine d’années. Après les premières consultations en janvier dernier, une séance de travail a de nouveau réuni les différents acteurs engagés dans la réforme de la CEI mardi dans la capitale économique.

Selon un communiqué du ministre de l’intérieur, par ailleurs porte-parole du gouvernement, «le PDCI-RDA, et le groupement EDS, sur les neuf Partis et Groupements politiques attendus, évoquant des préalables, n’ont pas pris part aux séances du Comité restreint, cadre de discussions unanimement adopté après les séances plénières. Le Gouvernement, soucieux d’aboutir, à la fin du processus, à un consensus national sur la question de la composition de la CEI, réitère son invitation à tous les acteurs à participer à ces concertations». Pour l’heure, on ignore encore pourquoi les deux formations politiques ont refusé de participer à la séance de travail du comité restreint.

Mais les divergences avec le pouvoir en place, notamment sur la question d’une réforme en profondeur de la CEI, figurent probablement parmi les causes de ce boycott. Toutefois, le gouvernement «rappelle que, tenant compte du calendrier électoral de 2020, les travaux devront s’achever, impérativement, au cours du mois de juin 2019, pour permettre au Premier Ministre d’en soumettre les résultats au Conseil des Ministres. En conséquence, la prochaine réunion du Comité restreint avec les partis politiques est fixée au vendredi 31mai 2019 à 10h à la salle C de la Primature». Au regard de l’avancée des consultations, il y’a de fortes chances que la composition de la nouvelle commission électorale soit connue d’ici la fin de l’année.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.