Press "Enter" to skip to content

Gbagbo, Bédié et Ouattara: «quittez la scène maintenant», Tiémoko Assalé

Tiémoko Assalé a donné son opinion sur la révision constitutionnelle annoncée par Ouattara Alassane. Le maire de la commune de Tiassalé soutient pleinement cette initiative présidentielle, mais souhaite qu’elle porte uniquement sur la modification de l’article 55, pour revenir à l’ancienne limite d’âge qui était de 75 ans.

A la faveur de la modification de la constitution ivoirienne, le maire Tiémoko Assalé a invité les ‘‘trois grands’’ de la politique en Côte d’Ivoire à quitter la scène avant l’élection de 2020. A moins d’un désistement personnel, l’unique moyen légal pour écarter Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié de la scène est de revenir à l’ancienne limite d’âge. Sous l’ancienne constitution adoptée en juillet 2000, elle s’établissait à 75 ans maximum.

Avec la révision constitutionnelle d’octobre 2016, cette disposition qui fixait limite de la candidature à 75 ans a été supprimée, ce qui autorise juridiquement Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié à se présenter l’année prochaine. Et le chef du Pdci Rda se dit ouvert à une candidature en 2020, arguant qu’il n’y a pas d’âge pour diriger un pays : «Je suis un jeune parmi d’autres. En Afrique, il y a des présidents plus âgés que moi et si vous regardez à l’échelle du monde, ils sont encore plus nombreux. Le dirigeant de la Malaisie a plus de 90 ans. Tant que l’on a les ressources intellectuelles et physiques, je crois qu’il n’y a pas d’âge pour diriger un pays».

Revenir à l’ancienne limite d’âge comme le souhaite Tiémoko Assalé suppose bien entendu une réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire. Cette révision constitutionnelle a été confirmée par le chef de l’Etat, mais nul ne sait à ce jour si elle interviendra avant ou après la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire qui aura lieu dans 14 mois.

Retour à l’ancienne limite, pari risqué pour le Rhdp

En réinstaurant l’ancienne limite d’âge, le président ivoirien exclurait Bédié et Laurent Gbagbo qui juridiquement dépassera les 75 ans avant l’élection d’octobre 2020. Mais ce retour à l’ancienne limite d’âge aura aussi un lourd prix à payer. Soupçonné de préparer un troisième mandat, Alassane Ouattara pourrait se limiter à deux mandats s’il décide de revenir à la limite d’âge fixée à 75 ans sous l’ancienne constitution.

Pour Tiémoko Assalé, le président ivoirien doit s’atteler à réformer l’article 55 en réinstaurant la limite d’âge de 75 ans, pour permettre à la nouvelle génération de politiciens ivoiriens d’émerger : «Il ne peut y avoir de nouvelle génération de dirigeants sans limitation de l’âge pour candidater. La constitution de 2000 avait fixé l’âge limite pour être candidat à l’élection présidentielle, à 75 ans… Si la modification de la constitution qui est annoncée revient sur la limitation de l’âge à 75 ans, ce serait simplement logique, voire justice», explique le maire de la commune de Tiassalé.

L’élu ivoirien conclut en invitant Gbagbo, Bédié et Ouattara à quitter le paysage politique ivoirien : «Pas de candidat, de tous bords, âgé de 75 ans ou plus, en 2020. Quittez maintenant la scène, vous n’êtes plus drôles».

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.