Press "Enter" to skip to content

Procès de Jacques Mangoua : 5 ans de prison requis par le Procureur

Le procès de Jacques Mangoua, président du conseil régional du Gbeke, a eu lieu ce jeudi dans la ville de Bouaké. A l’issue de l’audience, le Procureur a requis une peine de cinq ans de prison à l’encontre du Vice-Président du PDCI RDA, jugé ce 2 octobre pour détention illégales de munitions de guerre à son domicile. Le parquet a aussi requis une peine de 5 ans de privation de libertés à l’encontre du proche d’Henri Konan Bédié.

Comme annoncé, le procès de Jacques Mangoua s’est tenu ce jeudi au Tribunal de première Instance de la ville de Bouaké. La seconde grande ville du pays est en ébullition ce 2 octobre 2019, en raison de plusieurs manifestations éclatées organisées par les militants du Pdci, pour exiger la libération de Jacques Mangoua. Au cours de l’audience qui s’est tenue ce jeudi, le Procureur a requis une peine de cinq de prison à l’encontre du Vice-président du parti d’Henri Konan Bédié. La peine requise est également assortie d’une amende de 5 millions de Francs Cfa, et d’une privation de liberté pour une période de cinq ans.

Placé en garde à vue le 28 septembre dernier, le président du conseil régional du Gbeke a été placé en détention provisoire lundi, suite à la découverte de plusieurs munitions d’armes de guerre à son domicile. C’est le gardien de la résidence qui avait découvert les munitions et une quarantaine de machette au domicile de l’élu ivoirien. il alertera ensuite les responsables du village qui a leur tour alerteront le Procureur Braman Koné, du tribunal de première instance de Bouaké. Mangoua Jacques sera d’abord auditionné le samedi par la brigade de recherche de la gendarmerie, avant d’être ensuite placé en garde à vue.

A l’expiration de cette mesure, il sera placé en détention provisoire à la Maison d’arrêt et de correction de Bouaké, en attendant son procès qui s’est tenu ce jeudi. S’exprimant il y’a quelques jours sur cette affaire, le Procureur Braman Koné indiquait que Jacques Mangoua n’avait jusque-là pas encore fourni la preuve que les munitions découvertes à son domicile ne lui appartenaient pas.

Jugé pour détention illégale de munition d’armes de guerre à son domicile, sans autorisation administrative, le Vice-Président du Pdci risque de passer 5 ans en prison, si la peine requise par le Procureur est confirmée par le Juge en charge du dossier. Dans son communiqué, le PDCI a dénoncé de graves violations des droits de l’homme, après l’interpellation de Jacques Mangoua, qui s’est personnellement rendu au tribunal pour tenter de prouver son innocence dans cette affaire.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.