Press "Enter" to skip to content

CEI : Akossi Bendjo dénonce l’impartialité de la nouvelle commission électorale

La réforme de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire a porté Kuibiert Coulibaly à la présidence de l’institution, mettant ainsi un terme aux fonctions du controversé Youssouf Bakayoko. Mais l’opposition ivoirienne reste toujours sur sa faim puisqu’elle soupçonne la nouvelle CEI d’être inféodée au pouvoir actuel, à savoir le RHDP. Depuis Paris, Akossi Bendjo, ancien maire de la commune de Plateau, s’est lui aussi exprimé sur la réforme mise ne place par le gouvernement ivoirien.

Akossi Bendjo est revenu sur la réforme de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire effectuée par le gouvernement ivoirien. Malgré une commission centrale réduite à 15 membres, avec l’absence des chefs religieux, et surtout le départ de Youssouf Bakayoko, la nouvelle CEI en Côte d’Ivoire fait toujours polémique au sein de la classe politique ivoirienne. Si une partie de l’opposition ivoirienne avait fini par adhérer à ce projet, le PDCI RDA, aujourd’hui rangé dans l’opposition, refuse de participer à la commission électorale proposée par le gouvernement.

En dépit des réticences de l’ancien allié, le régime a clos le chapitre de la réforme de la CEI avec l’élection du nouveau président de l’institution. Kuibiert Coulibaly, représentant du conseil national de la magistrature, a été élu par neuf voix contre six nouveau président de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire. Mais l’impartialité de cette nouvelle équipe qui vient à peine de prendre ses fonctions, alimente les débats dans la presse. Dans une interview accordé au média l’Inter, Noel Akossi Bendjo a dénoncé l’impartialité de la nouvelle commission électorale indépendante :

«La commission électorale ne remplit pas ses obligations d’indépendance et d’impartialité, et ne garantit pas des élections pluralistes et incontestables. Sa composition est une pure provocation. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples a été très claire dans ses exigences et nous l’avons saisie à nouveau. Le pouvoir tente de ruser. Vous savez, les décisions de la Cour sont des décisions de justice. Elles ne constituent pas de simples suggestions que chacun pourrait interpréter en fonction de ses intérêts. Le droit n’est pas négociable.

Par ailleurs, le précédent des élections locales nous incite à la plus grande vigilance.», a martelé l’ancien maire de la commune du Plateau. Pour le pouvoir actuel, l’opposition fait un procès d’intention à Kuibiert Coulibaly et la nouvelle équipe mise en place, puisque la Vice-présidence de la CEI est assumée par l’opposition ivoirienne. Le parti au pouvoir dispose de trois représentants dans la commission centrale, tout comme l’opposition ivoirienne.

Cependant, l’opposition dénonce la présence des représentants du Président de la République puis du ministère de l’administration territoriale dans cette nouvelle commission électorale indépendante que la commission de l’Union Africaine a d’ailleurs approuvé, via un communiqué du diplomate tchadien Moussa Faki Mahamat.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.