Press "Enter" to skip to content

Crise au FPI : Après Agnès Monnet, Affi N’Guessan perd Léon-Henri Séka

La liste de défections dans le camp Affi au FPI vient de se rallonger ce mercredi soir. Le secrétaire national du front populaire ivoirien chargé de la région de la Mé, a officiellement annoncé par courrier sa démission.

Affi N’Guessan continue de subir les conséquences de la crise au FPI par de nouvelles défections dans son camp. Fragilisé depuis des années par ses prises de positions controversées sur l’avenir du front populaire ivoirien, le président du Parti se retrouve de plus en plus isolé depuis l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la CPI. Après la rencontre avortée entre Aff N’Guessan et Laurent Gbagbo, président fondateur du FPI, la porte-parole du front populaire ivoirien, Agnès Monnet, a rendu sa démission.

Agnès Monnet était également la secrétaire générale du front populaire ivoirien, mais l’ampleur de la crise au FPI a fini par la contraindre à choisir son camp. Si elle n’a pas encore annoncé qu’elle rejoignait le camp de l’ancien président, sa défection est un véritable séisme pour le camp Affi déjà en mal de notoriété auprès des pontes de l’ancien régime.

Après le départ d’Agnès Monnet, le secrétaire national du front populaire ivoirien chargé de la région de la Mé, Léon-Henri Botchi Séka, a lui aussi adressé mardi soir sa lettre de démission au président du parti :

«je viens par la présente vous informer de ma décision irrévocable de démissionner de mes fonctions de secrétaire national chargé de la région de la Mé, à compter de ce jour. Cette décision vient en soutien à la décision de Madame Agnès Monnet, ex-secrétaire général et porte-parole du FPI, inspiratrice de ma démarche politique. Veuillez agréer, camarade Président, l’expression de ma considération distinguée».

Depuis sa rencontre avortée avec Laurent Gbagbo et son refus de céder la présidence du parti à l’ancien président ivoirien, Affi N’Guessan a considérablement perdu du terrain au sein de son parti. Il y’a de cela quelques jours, Lida Kouassi Moïse annonçait même la mort politique du premier responsable du front populaire ivoirien. Cette nouvelle défection dans la crise au FPI précipité un peu plus Affi N’Guessan au bord du gouffre, lui qui refuse de mourir politiquement.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.