Press "Enter" to skip to content

L’interview d’Henri Konan Bédié dans Jeune Afrique (22 septembre 2019)

Le président Henri Konan Bédié a accordé une nouvelle interview au quotidien Jeune Afrique. L’intégralité de cet entretien paraît ce jeudi dans la revue du quotidien africain. Notre rédaction vous propose toutefois de suivre les temps forts de cet entretien exclusif dans lequel le patron du PDCI est longuement revenu sur sa stratégie politique pour 2020, notamment l’alliance avec le FPI de Laurent Gbagbo pour combattre le RHDP lors de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire.

Agé de 85 ans, Henri Konan Bédié est toujours aussi actif sur la scène politique ivoirienne. A l’approche de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, le patron du Pdci Rda entend jouer un rôle majeur dans la reconquête du pouvoir d’Etat par son parti politique. Sans pour autant confirmer directement sa candidature, Henri Konan Bédié n’écarte pas la possibilité d’une candidature à la prochaine échéance électorale, pour le compte de son parti.

Au cours de son interview accordée à Jeune Afrique, entretien qui parait ce 22 septembre 2019, le chef du Pdci Rda a révélé qu’il pourrait bien se présenter à cette élection, si son parti le sollicitait une nouvelle fois, comme ç’a été le cas par le passé. Cependant, le patron du Pdci écarte l’éventualité d’un duel avec ancien allié Alassane Ouattara en 2020. Dans son interview exclusive accordée à Jeune Afrique, Bédié juge impossible un duel avec l’actuel président du RHDP, car selon lui, Ouattara Alassane n’est pas éligible pour un nouveau mandat présidentiel en Côte d’Ivoire.

L’interview de Bédié dans Jeune Afrique

JA : Avant d’être alliés de 2005 à 2018, vous avez été
de grands rivaux et vous le redevenez désormais.
Les masques sont-ils tombés ?

HKB : Oui. Il n’a pas tenu les engagements qu’il avait pris
envers moi dans le cadre de l’appel de Daoukro, il n’a
pas respecté ses engagements pour l’alternance en
2020 !

JA : Son entourage dit que vous lui avez demandé de
soutenir votre propre candidature. Pour lui, c’est
inacceptable…

HKB : Mais non ! Moi, c’est le PDCI, le PDCI c’est moi ! Je ne
lui ai pas demandé de soutenir Bédié, mais de soutenir
le candidat du PDCI. C’est ce qu’il n’a pas voulu faire.

JA : Et le candidat du PDCI pour 2020, ce n’est pas
Bédié ?

HKB : Ce n’est pas forcément Bédié !

JA : Alassane Ouattara a dit qu’il procéderait
prochainement à des modifications de la Constitution. Il pourrait notamment rétablir un
âge limite pour se présenter à la magistrature suprême. Qu’en pensez-vous ?

HKB : Il y a de graves risques de tripatouillage, et nous
combattrons ce projet.

JA : Est-ce que cela pourrait être pour vous exclure de
la course ?

HKB : On ne peut pas penser à sa place. Mais si j’étais lui, je
ne ferais pas cela. La manœuvre serait trop flagrante.

JA : Allez-vous vous présenter à la prochaine présidentielle ?

HKB : Vous le saurez au deuxième semestre de 2020, lorsque
la convention d’investiture désignera le candidat du
PDCI. Par le passé, j’ai été président de la République
mais jamais je n’ai été candidat. On est toujours venu
me chercher.

JA : Mais en avez-vous envie ?

HKB : Si le parti vient me chercher, alors je verrai dans quel
état physique et personnel je serai.

JA : Redevenir président, serait-ce pour vous une revanche sur le coup d’État de 1999 qui vous a renversé ?

HKB : Oui, ce serait une revanche, mais il n’y aurait pas de
vengeance. Ce serait me rendre justice.

JA : Serait-ce aussi une revanche sur 2010 ? Considérez-vous toujours que vous auriez dû être au second tour ?

HKB : Tout à fait. Ce serait également un
facteur de réconciliation.

JA : Pourrait-il y avoir une élection avec Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié comme candidats
en 2020 ?

HKB : Non, car contrairement à moi il n’a pas le droit de se présenter.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.