Press "Enter" to skip to content

FPI : Assoa Adou écarte Affi et Simone des successeurs de Laurent Gbagbo

Pour certains, le FPI devrait envisager un plan B sans Laurent Gbagbo en 2020, dans l’éventualité où l’ex-dirigeant serait dans l’incapacité de se présenter aux prochaines élections présidentielles dans son pays. Pour Assoa Adou, secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien, pas question d’envisager une autre alternative sans l’ancien président ivoirien.

Au FPI, l’alternative sans Laurent Gbagbo n’est pas encore à l’ordre du jour, selon Assoa Adou, le secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien. A l’approche de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, les chances d’un retour de l’ancien dirigeant dans son pays s’amenuisent au fil des jours.

La Procureure de la Cour Pénale Internationale a décidé de faire appel de l’acquittement de l’ancien dirigeant et son protégé, une situation qui compromet fortement le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, plus particulièrement un retour avant la prochaine présidentielle.

C’est donc à la lumière de ce constat que certaines personnalités du front populaire ivoirien, en dépit de leur fidélité à l’ancien président ivoirien, ont appelé à envisager une alternative au sein du FPI sans Laurent Gbagbo pour 2020. Pour le secrétaire général Assoa Adou, aucune alternative sans l’ancien dirigeant ivoirien n’est envisageable à ce jour :

«Au Front Populaire Ivoirien, nous avons
– Un plan A c’est LAURENT GBAGBO
– Un plan B c’est LAURENT GBAGBO
– Un plan C c’est LAURENT GBAGBO
– Jusqu’à Z c’est LAURENT GBAGBO
Levons nous pour réclamer son retour au pays.», a révélé le cadre du front populaire ivoirien lors d’une tournée dans la commune de Sikensi.

A l’évidence, la dissidence au FPI n’envisage pas encore de tourner la page Gbagbo pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire prévue pour le mois d’octobre. Mais le retour de l’ancien dirigeant est pendant à une décision qui sera rendue par les Juges de la Chambre d’appel à une date qu’ils sont les seuls à connaître.

Une situation qui pourrait inquiéter les partisans de l’ex-dirigeant, aucun délai n’est accordé à la chambre d’appel pour rendre sa décision finale sur le procès en cours à la Haye. Malgré l’hypothèse d’une non candidature de l’ancien dirigeant, Assoa Adou balaie l’idée d’un soutien à une possible candidature de Pascal Affi N’Guessan, le président légitimement reconnu du FPI.

Il n’y a pas qu’Affi N’Guessan qui est rayé de la liste des alternatives de la dissidence. L’ancienne première dame ivoirienne Simone Gbagbo est aussi exclue des plans alternatifs que le FPI pourrait envisager sans l’ancien président. C’est en tout cas ce que les propos d’Assoa Adou laissent entendre.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *