Press "Enter" to skip to content

Education nationale : la Cosefci menace de reconduire la grève des enseignants

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève des enseignants en Côte d’Ivoire va-t-elle reprendre le mois prochain ? Les syndicalistes avaient accepté d’accordé un sursis d’un mois au premier ministre pour la prise en compte de leur différentes revendications. Alors que le délai accordé arrive à échéance, toujours aucune promesse non tenue par le gouvernement, d’après les grévistes.

La reprise des cours après la grève des enseignants initiée par la Cosefci n’aura duré que trois semaines, si l’on exclut la durée des congés de la fête de Pâques. C’est le 23 mars que les cours ont officiellement repris sur toute l’étendue du territoire national, après que la Cosefci ait décidé de surseoir à son mot d’ordre de grève.

En retour, le premier ministre qui s’était impliqué dans cette crise qui touche l’éducation nationale, avait promis la mise en place d’un cadre de discussion pour la prise en compte des revendications des grévistes. Si les discussions ont bel et bien eu lieu comme annoncé, la Cosefci déplore en revanche le mutisme du gouvernement face aux points soulevés, alors qu’elle s’était engagée à lever son mot d’ordre de grève pour une durée d’un mois, le temps de laisser une chance aux discussions.

Le directoire du syndicat a donc annoncé la tenue d’une Assemblée Nationale extraordinaire début mai, probablement en fin de semaine prochaine. En l’absence de réponses rassurantes de la part du gouvernement, le syndicat d’enseignants pourrait très bien reconduire son mot d’ordre de grève à nouveau, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur l’année scolaire en cours, notamment sur le calendrier des examens scolaires 2019 en Côte d’Ivoire.

Communiqué de la Cosefci

«Aujourd’hui 22 avril 2019, veille de l’expiration du sursis d’un mois que l’Assemblée Générale de la COSEFCI du 23 mars 2019 avait accordé au gouvernement, Le Directoire voudrait faire le point des discussions à l’opinion nationale et à la communauté internationale.

I- LES FAITS
Pour rappel, la dernière Assemblée Générale de la COSEFCI a suspendu le mot d’ordre de grève pour un mois en vue de voir la volonté du Gouvernement à apporter, dans le calme, les réponses satisfaisantes aux revendications d’une part, et permettre aux différents médiateurs de tenir sereinement les engagements pris à œuvrer à la résolution de la crise qui secoue l’école ivoirienne.

La COSEFCI, voudrait signifier que le gouvernement lui avait promis la mise en place du cadre de discussion dès le lendemain de la suspension de son mot d’ordre de grève.
Cependant, c’est deux semaines plus tard, c’est-à-dire le 5 avril 2019, que le Premier Ministre, son Excellence Amadou Gon COULIBALY, a rencontré la COSEFCI pour lui indiquer le processus des discussions qui a été finalement lancé le mercredi 10 avril 2019 à Grand-Bassam par Madame KANDIA Camara Kamissoko, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

A Grand-Bassam, les cinq points de revendication de la COSEFCI ont été débattus avec les émissaires du MENETFP assistés de deux représentants du service juridique de la Fonction Publique et de deux observateurs de la Primature.

Ces discussions se sont déroulées du mercredi 10 au samedi 13 avril 2019 au Warf Hôtel de Grand-Bassam et se sont achevées le mercredi 18 avril 2019 au CNMS à Cocody.
Pendant ces discussions, la COSEFCI a noté quelques points de convergence avec l’administration mais aussi plusieurs points de divergence.
Toutes fois la synthèse des discussions sera transmise au gouvernement dont le Premier Ministre décidera en dernière instance.

II- NOTRE LECTURE
A l’issue de cette phase de discussions, la COSEFCI souligne que de façon générale, elle est restée sur sa faim quant aux réponses de l’administration à plusieurs de ses revendications car ces représentants ne disposaient d’aucune autorité à répondre concrètement aux préoccupations des enseignants de Côte d’Ivoire.

Par conséquent, la COSEFCI s’interroge sur la volonté du Gouvernement à aller à une sortie diligente de la crise qui gangrène le système éducatif ivoirien.

C’est le lieu, pour le Directoire de la COSEFCI d’informer tous les enseignants, la population ivoirienne et la communauté internationale que l’Assemblée Générale Extraordinaire de la COSEFCI se tiendra en début du mois prochain à l’effet d’apprécier la situation et prendre les mesures qui s’imposent.».

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.