Press "Enter" to skip to content

Doumbia Major : «C’est Soro qui a introduit les machettes à l’université»

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles révélations explosives de Doumbia Major sur la vie estudiantine de Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée Nationale. En réponse à l’un internaute, le président du Congrès Panafricain pour le Renouveau a souligné que Guillaume Soro était responsable de l’introduction de la machette dans les universités publiques en Côte d’Ivoire.

Doumbia Major porte de nouvelles accusations contre Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée Nationale qui a également occupé le poste de secrétaire général de la Fesci, la fédération scolaire et estudiantine de Côte d’Ivoire. Saisissant l’occasion d’une réponse à un internaute, le président du CPR a indiqué que Guillaume Soro était responsable de l’introduction de la machette dans les universités publiques ivoiriennes :

«c’est Soro qui a introduit les machettes à l’université en 1998 avec la création des bataillons blindés qui étaient une milice parallèle de protection du bureau exécutif national de la fesci : blé Goude était son secrétaire à l’organisation, Damana pickas étais sont secrétaire général adjoint. Ceux qui en ont fait les frais, c’est Drigone Faya Drigoné et ses amis en 1998, puis ces machettes ont été utilisées au Congrès de 98 ou Gbagbo était présent.», explique le président du congrès panafricain pour le renouveau.

Mais ce n’est pas tout, Doumbia Major confirme également que Charles Blé Goudé, ancien secrétaire de la Fesci aujourd’hui président du COJEP, fut le premier étudiant à faire usage des machettes contre des étudiants : «En 2000, C’est blé Goude qui la première fois a fait usage des machettes dans la nuit du 7 au 8 mai 2000 pour découper des responsables de section à port bouet . Honorable Zadi Doméné Daniel a été leur première victime. ( j’ai avec moi sur YouTube l’audio de l’un des proches de Blé Goude qui décrit clairement comment cette attaque armée a été organisée ). Moi je parle toujours avec les preuves.», révèle le patron du CPR.

L’année dernière, Doumbia Major rapportait par ailleurs que Blé Goudé avait le premier acte terroriste sur le territoire ivoirien, en découpant à la machette des étudiants qui déjeunaient tranquillement dans la cantine universitaire. Pour l’heure, Guillaume Soro et Charles Blé Goudé n’ont toujours pas réagi aux graves accusations portées par le président du Congrès Panafricain pour le Renouveau.

Soro et Blé ont les mains sales

«Moi je n’ai pas de main tachée de sang d’innocents. Je n’ai jamais enlevé la vie à un être humain, comme BLE Goude ou comme Soro. J’ai les mains propres et le coeur blanc. Par contre lui Blé Goude ne peut pas nier l’attaque sanglante du restaurant universitaire du 25 mai 2000, il a versé du sang d’humains. Marc BOUABRE, Hien Philip et autres sont des victimes et témoins encore vivants. Il ne peut pas nier l’assassinat de BAKAYOKO Memissa defenestré à VRIDI. Il ne peut pas nier l’assassinat de Kignelman Jonas à Mermoz, il ne peut pas nier l’assassinat de Kouassi Hervé à williamsville (Konan Yves est encore vivant pour témoigner ), il ne peut pas nier l’assassinat de Kone Moudoulaye à Abobo (Ils ont coupé ses parties génitales pour des rituels sataniques de pouvoir et de notoriété ). Lui et Soro qui désormais sont dans une alliance cabalistique se ressemblent. D’ailleurs on dit qui se ressemblent s’assemblent. Lui aussi Soro ne peut pas nier l’assassinat de Kone Morel qu’il a fait emprisonner à Bouake, et l’assassinat extrajudiciaire de Kone Moussa dit barbu qu’il a fait extraire de prison pour aller le faire assassiner froidement . Il doit avoir d’ailleurs les nuits troublées, par les pleurs des âmes des gens qu’il a fait mettre dans des containers à Korhogo pour les faire assassiner par asphyxie et étouffement, en exposant ces containers à la chaleur suffocante du soleil brûlant de Korhogo.», révèle le président du Congrès panafricain pour le renouveau. Pour Doumbia Major, Guillaume et Charles Blé Goudé sont déjà prédestinés pour l’enfer, en raison des crimes qu’ils auraient commis ces dernières années : «Ces deux individus ont commis le crime suprême interdit dans toutes les civilisations humaines et toutes les religions du monde : enlever la vie d’un être humain. C’est au regard de ces crimes ultimes commis qu’ils n’auront jamais la paix de l’âme ni ici bas, ni dans l’au delà. Ce sont des gens destinés aux feux ardents des enfers.», souligne l’enseignant ivoirien.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.