Press "Enter" to skip to content

Doumbia Major dément les menaces de mort contre Maurice Guikahué

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour Doumbia Major, nombre de ses détracteurs sur les réseaux sociaux ont visiblement donné un autre sens à ses récentes déclarations à l’endroit de Maurice Kacou Guikahué, le secrétaire exécutif du PDCI RDA. Ce dimanche, le président du CPR a démenti avoir formulée des menaces de mort à l’encontre de l’ancien ministre de la santé, comme l’ont fait savoir certains de ses détracteurs.

Doumbia Major a démenti ce dimanche les supposées menaces de mort qu’il aurait proférées à l’endroit de Maurice Kacou Guikahué, le numéro du PDCI RDA. Dans la journée du samedi 29 février le président du congrès panafricain pour le renouveau révélait sur les réseaux sociaux :

«Guikahue (…) doit comprendre que cette fois-ci si ça commence, rien ne dit qu’il s’en sortira vivant». Pour les détracteurs du président du CPR, il s’agit clairement d’une menace de mort formulée à l’endroit du secrétaire exécutif du PDCI RDA. Ce 1er mars, le président du Congrès panafricain pour le renouveau est revenu à la charge en niant avoir proféré des menaces de mort à l’encontre de Maurice Kacou Guikahué, le secrétaire exécutif en chef du parti d’Henri Konan Bédié.

Le numéro 2 du PDCI a récemment fait de glaçantes révélations sur la procédure d’enrôlement pour les nouvelles CNI en Côte d’Ivoire. La semaine dernière, Maurice Kacou Guikahué confiait à l’opinion publique qu’un haut dignitaire du RHDP offrait gratuitement la Carte nationale d’identité aux habitants de la région du nord du pays, l’un des principaux bastions du pouvoir en place.

Et il y’a de cela quelques jours, le numéro du parti de Bédié faisait de graves confidences sur la gratuité de la CNI. Selon l’ancien ministre de la santé, la Banque mondiale aurait financé à hauteur de 30 milliards de francs Cfa, les opérations d’enrôlement des ivoiriens pour les nouvelles cartes nationales d’identité.

Pour l’ex-ministre de la santé, rien ne justifie donc l’instauration des frais de timbre fixés à la somme de 5000 frs Cfa. Réagissant aux récentes déclarations du numéro du PDCI RDA, Doumbia Major dénonçait des déclarations incendiaires tenus par Maurice Kacou Guikahué, des déclarations susceptibles selon lui de replonger le pays dans des violences.

C’est dans ce contexte que le président du CPR affirmait que le numéro du PDCI ‘‘doit comprendre que cette fois-ci si ça commence, rien ne dit qu’il s’en sortira vivant’’. Mais les détracteurs du président du CPR ne font pas la même lecture de cette déclaration, raison pour laquelle Doumbia Major est revenu à la charge ce dimanche 1er mai pour préciser clairement sa pensée et démentir les supposées menaces de mort proférées contre Maurice Kacou Guikahué.

Les explications de Doumbia Major

«Moi, je n’ai pas menacé Guikahue de mort, j’ai simplement dit que si la guerre tribale dont il est en train de poser les bases,

en faisant croire qu’il y a un Nord du pays qui est privilégié contre un SUD et qu’on prendrait l’argent de lui ses parents exclusivement pour offrir des CNI aux habitants du Nord du pays,

en faisant croire qu’il y a une invasion d’étrangers qui veulent voler notre nationalité avec la complicité des dirigeants actuels du pays, (ceci dans le but de dresser une partie des ivoiriens formatés à la haine contre ces dirigeants et leurs militants),

en faisant croire qu’il y a des gens qui ont expressément font venir des mercenaires étrangers qu’ils cachent dans des villages sous la couverture d’orpailleurs, pour tuer des ivoiriens le moment venu,

Je dis simplement que si cette guerre dont il est en train de poser les ingrédients en insufflant la haine de l’autre sur la base ethnique, dans les esprits de certains de nos compatriotes,
je dis que si cette guerre commence, qu’il sache simplement qu’il peut y laisser sa peau , dans la mesure où quand les gens vont commencer à s’entretuer, lui Guikahue qui est l’un des principaux instigateurs de cette poussée de haine tribale, cette poussée xénophobe et de division ethniques du pays,
je dis qu’il peut lui aussi être pris pour cible, surtout que le peuple sait qu’il est l’un des idéologues de la fièvre haineuse qui est en train de s’emparer du pays, sous l’action constante de la propagande de haine visant à une partition ethnique du pays.

Ce n’est pas une menace de mort, c’est juste une invitation de Guikahue à assumer les conséquences de ce qu’il est en train de créer.

Il ne faut pas qu’il croit qu’il va pousser les gens à s’entretuer et que lui-même sera épargné par les conséquences de ce qu’il est en train de mettre en place.

Quand nous au CPR, sachant que de toutes les façons, généralement ce sont les cadres qui payent pour les papiers de leurs parents, nous avons proposé que les CNI soient financées par une action de solidarité nationale, et que les plus nantis payent pour les plus pauvres sous la forme d’une taxe ou d’un prélèvement exceptionnel dénommée “contribution à la citoyenneté”, c’est lui Guikahue et le PDCI ainsi que EDS qui se sont opposés à cette proposition.. nous comprenons maintenant à l’aune de la manipulation politique à laquelle il s’adonne, les raisons de leur opposition à notre proposition.

Guikahue est en train d’allumer le feu, qu’il s’attende à respirer de la fumée ou à être brûlé par de la flamme.», confie ce dimanche Doumbia Major, le président du congrès panafricain pour le renouveau.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.